Les Slamarke

    Slamarke, les Filles de Paille ou

L'or des toronsSourire

     Le regretté Pierre Bachelet chantait à peu près (du moins je crois) sur l'air des "Corons":

"Au nord on trouve des torons,

Les filles des mineurs les font.

Leur terre est faite de blé blond,

Ce blé c'est leur horizon.

Leurs doigts agiles de tresser se montrent capables

Des tresses à nulles autres semblables.

Prélevant des filets sur des fétus de pailles

Ténus, peu importe la taille,

Elles tissent leurs torons, tenus à bout de bras,

Je crois qu'elles ne se lassent pas.

Elles rendent sa fierté à un bien beau pays,

Méprisant leurs propres soucis.

(au refrain)"

     Ces scènes bucoliques se répètent dans pratiquement tous les pays du monde. Par exemple voyez ces humbles paysans d'Europe Centrale. Qui est mieux à même de chanter la vie quotidienne, calme et paisible, menée par ces gens durs au mal, besogneux, mais qui goûtent plus que tout la bénéfique influence de ces "champs aurifères" ainsi qu'ils appellent leurs champs de blé. Ces blés qu'ils recueillent, telles des pépites d'or, dans leurs mains calleuses. Cet "or agraire" qui rythment leurs vies au jour le jour.SourireSourire

     Qui sont ces poètes? En quelque sorte des oubliés de l'histoire. Il faut dire qu'ils ne vivent pas dans un pays de tout repos, jugez-en plutôt:

     Ce sont des Croates "Bunjevici", qui se distinguent de leurs compatriotes par leurs vêtements et certaines coutumes, dialecte, musique, dances. En raison des guerres civiles récentes qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie, ces gens se retrouvent désormais confinés au nord de la Serbie où ils côtoient une autre minorité, hongroise celle-là, dans une région appelée autrefois la Pannonie depuis démantelée en plusieurs nations.

     Originaires d'Herzégovine, les Croates Bunjevici sont arrivés voici quatre cents ans, par la Vojvodine, dans la grande plaine de Backa occupée par les villes de Subotica, Djurdjin et Tavankut.

     Isolés au coeur de l'Europe centrale, dépourvus de moyens d'accès suffisants, tenus à l'écart par des régimes très méfiants quant au développement de minorités dans leur pays, ces populations ont, en fin de compte, conservé toutes leur originalité, croyances, moeurs, leur culture en un mot.

     Leurs conditions de vie sont très dures. Tout commence par un travail pénible où l'on peut évoquer la notion de sacrifice. Sacrifice librement consenti d'ailleurs, conduisant l'homme à des aspirations spirituelles que l'on retrouve, voilà qui est frappant, sur tous les continents : la symbolique du blé, du pain, du travail bien fait, se retrouve aussi bien chez le modeste fermier de Tavankut que dans 'Regain", le magnifique roman de Jean Giono traité au cinéma par Marcel Pagnol de manière si émouvante.

     Et comme partout ailleurs les fermiers ont éprouvé le besoin d'extérioriser les sentiments révélés par toute une année de labeur et la satisfaction d'avoir mené sa tâche à bonne fin. Partout dans le monde (sauf au Groenland qui n'est plus le vert pays des Vikings) la fin des moissons est l'objet de fêtes et manifestations diverses. Où l'on y voit naître, des mains habiles des femmes, tresses, couronnes, poupées de paille, destinées à garantir santé et prospérité dans les chaumières.

     Chemin de Croix par Mara Ivkovic Ivandekic Tout naturellement la dimension quasi spirituelle de ces coutumes a conduit à des tournures ou manifestations religieuses.

 

     L'art de la tresse est certainement né dans un frais vallon où la jeune gardienne du troupeau, attirée par l'éclat doré des pailles, s'est mise à confectionner, par jeux, des petites bagues et des colliers qu'elle va comparer à ceux réalisés par ses amies. Aux "anneaux d'or" vont succéder les bouquets de moisson porte-bonheur.

     Dans la région qui nous intéresse aujourd'hui, ces fêtes familiales, appelées Duzijanca, se sont étendues, aux alentours de l'année 1911, à toute la communauté  éthnique, devenant un évènement essentiellement religieux. Et ces dames de confectionner couronnes, tiares, parures de robes, cathédrales miniatures (dont une remarquable reproduction de la basilique Saint-Pierre de Rome) et autres objets de culte.

     Après le seconde guerre mondiale la fête religieuse se verra surveillée de près par l'oeil suspicieux du nouveau régime. La meilleure façon est encore de prendre en main toutes ces manifestations. C'est ainsi que naquit, en 1961, l'association "Matija Grubec" qui entreprit de fédérer toutes ces mains expertes au tressage de la paille. Organisant des cours, montant de très nombreuses expositions, permettant à certains artistes qui s'ignoraient de montrer leur travail jusqu'à Moscou.

     Et voilà des femmes simples, qui n'ont jamais suivi le moindre cours d'art plastique, qui ne savent pas dessiner, qui travaillent à l'instinct, devenues de véritables artistes, déterminant un art, naïf certes, mais baigné de poésie et servi par des techniques de tressage et de tissage de brins de paille débités en minces filets, véritables "lamelles d'or" dont elles tirent des effets en trois dimensions qui n'appartiennent qu'à elles.

     Elles sont appelées les "slamarke", littéralement les filles de paille, d'après le terme croate "slama" qui désigne la paille. Résolumment hostiles à toute commercialisation outrancière, les slamarke sont délibéremment concentrées sur l'esprit de l'objet, ne se laissant guider que par l'amour du beau et les contraintes imposées par le respect dû au matériau : variété des techniques d'où la teinture est proscrite, jeux de lumière, hommage absolu rendu à la nature par un art devenu traditionnel.

     Le Marais par Ana Milodanovic Il n'est pas possible de citer toutes ces magnifiques artistes (tant pis pour leur modestie) mais elles ne nous en voudront pas de distinguer les pionnières, non pas celles, car anonymes, par qui tout a commencé, mais celles qui ont véritablement donné ses lettres de noblesse à ce travail si particulier : Ana Milodanovic fit sensation avec ses créations "Le marais" en 1962 et "Moisson" en 1967. Et Mara Ivkovic Ivandekic et Kata Rogic dont les quatorze tableaux du Chemin de Croix ornent l'église Saint-Joseph de Djurdjin. Les éclats irrisés de cet extraordinaire chef d'oeuvre ont nécessité pas moins de huit années de travail.

     Pouvait-on rêver plus bel hommage à ce matériau si particulier qu'est la paille?

Sourire        Cordonnets en France                                                                                                                                                                                                                                                                                     Schnürli en Suisse                                                                                                                                                                                                                                                                                               Twisted threads en Grande-Bretagne                                                                                                                                                                                                                                                                   Cordôn en Espagne                                                                                                                                                                                                                                                                                             Schnürchen en Allemagne                                                                                                                                                                                                                                                                                   Cordâo au Portugal

SourireSourire Les expressions entre guillemets sont tirées de sites internet dédiés  

Merci à : www.matijagubec.org

               www.istvancic.org                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×