Techniques de mise en oeuvre

Il existe principalement deux façons d'aborder le travail de la coquille d'oeuf, réaliser un décor abstrait ou un décor figuratif.

Le travail préparatoire est le même pour les deux formules, à savoir :

- Consommer l'oeuf comme il vous plaira, gobé cru, cuit dur, mollet, au plat, peu importe, autant en profiter. En réalité il vaut mieux que la coquille ne soit pas cuite.

- Débarrasser les coquilles de leur trois peaux, la première étant la mieux connue, c'est celle que l'on rencontre lorsque l'on écale l'oeuf. Mais  deux autres peaux sont tapies à l'intérieur, qu'il faut faire rouler contre la paroi avec le pouce. Cette opération est essentielle car la présence de ces peaux serait préjudiciable à un bon collage à cause des risques de décollement inévitablement induits.

- Casser les coquilles en petits fragments en exerçant une pression avec le pouce.

- Encoller la zone choisie sur le support avec une colle blanche vinylique et y placer les fragments de coquille en les appuyant légèrement pour une meilleure adhérence, n'oublions pas que la coquille est naturellement bombée. A ce moment-là réside le moment le plus important. Selon le rendu"craquelé" final désiré il est recommandé d'appuyer plus ou moins fort car cette pression peut briser les fragments en pièces encore plus petites. Plus les morceaux sont petits, plus l'effet craquelé est renforcé.

 La réalisation diffère selon le thème choisi. Pour les motifs abstraits, il est le plus souvent possible de se passer de modèle. Par contre pour les motifs figuratifs un dessin préparatoire est indispensable.

- Reproduire le dessin sur le support au moyen de techniques bien connues, décalque, méthode de la grille quadrillée pour les dessinateurs hésitants, ou reproduction à main levée pour les plus assurés.

- Choisir une zone et l'encoller, la surface de ce champ variant selon les détails du motif : ombrage, effets de volume, limites du champ voisin etc. Le champ est la partie du support qui doit être recouverte par une seule couleur.

- Les fragments de coquille vont finir par déborder du champ. Il faut attendre le séchage complet de la pièce pour pouvoir couper le surplus au ciseau à bois, avec la plus grande précision possible, en suivant les informations données par le trait du dessin. Bien entendu cette opération est inutile pour des motifs abstraits sauf lorsque l'on atteint les bords du support. Il est également possible d'améliorer la tranche du fragment en la frottant au papier de verre.

- Bien veiller à ne pas laisser le travail se polluer par des remontées de colle qu'il faut donc éliminer au fur et à mesure.

                               Il est tout à fait possible, au gré de votre "folie" créatrice, d'intégrer à votre composition toutes sortes de matériaux qui pourront en rehausser les effets esthétiques. Dans le cas présent le fond, par exemple, est habillé de paille noire dont vous constaterez l'effet dans la rubrique "Album photos".

 

 

De même pour des matériaux d'origine métallique, par exemple, des bandes de laiton dans cette illustration, incrustées à la défonceuse.

Par contre, si vous devez intervenir par ponçage sur les matériaux associés, il convient de procéder à cette opération avant de placer la coquille qui, elle, ne supporte l'abrasion de surface que très modéremment. L'oeuf n'est, en effet, pas teinté en profondeur et un ponçage vigoureux lui fera perdre sa couleur. Par contre un ponçage léger comme un baiser de papillon vous permettra d'obtenir des dégradés fort intéressants.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×