Marqueterie en applique

La technique dite en applique est sans doute la plus ancienne pratiquée par les marqueteurs du temps jadis. En effet les plus vénérables objets qui nous soient parvenus depuis le XVI ème siècle, petites boîtes et tableaux d'inspiration religieuse, sont décorés selon cette technique. Celle-ci est toujours employée de nos jours, tant en France que dans tous les autres pays s'adonnant au travail de la paille.

En quoi cela consiste-t-il?

Il s'agit d'élaborer un décor sur un objet quelconque en collant sur sa surface des petits morceux de paille de couleurs et de tailles adaptées au projet. L'objet en question aura été au préalable peint, ou recouvert de feutrine adhésive, ou revêtu d'un papier peint, de la couleur voulue. Cette couleur sera le fond de votre composition. Et c'est sur elle que l'on collera nos petites pièces en paille dont la beauté sera mise en valeur par l'opposition entre leurs couleurs et le sombre du fond.

Procédé :

Vous voulez réaliser un petit bouquet de marguerites. Il faut commencer par le dessiner, ou le décalquer avec soin. Puis établir sa légende, cest-à-dire que les différentes pièces composant le dessin devront être numérotées avec indication de leur couleur et du sens de la fibre à petits traits de crayon. Ceci afin de pouvoir les repérer plus facilement en cours de travail. Pour la même raison gardez un double qui servira de recours, surtout s'il est en couleur. Sachez bien qu'un travail préparé avec le plus grand soin représente la plus grande partie du temps total puisqu'il ne restera plus que le collage à effectuer.

Ces pièces auront été préparées en planches (voir la rubrique Conseils généraux dans Techniques de mise en oeuvre). L'idéal serait de posséder autant de photocopies que de coloris. Découper très soigneusement avec le cutter sur chaque photocopie les pièces de la même couleur. Coller ces pièces sur la planche-paille de la couleur correspondante en respectant le sens désiré de la fibre.  Elles serviront de gabarit pour la découpe. Agir ainsi pour tous les composants du sujet.

Le respect du sens de la fibre est primordial. La qualité du résultat final en dépendra. Ne pas hésiter à prendre du recul en cours de travail pour juger du résultat, quitte à recommencer une pièce si nécessaire.

Avec le cutter chantournez chaque pièce en suivant bien ses bords. Coupez avec précision, sans vous presser, d'un geste continu, ne hachez surtout pas pour éviter les micro-vagues à votre outil, pour faire des bords bien nets. Et si possible tâchez de couper la paille et son support papier au premier coup, un second passage de lame risque de ne pas emprunter le même sillon et d'abîmer la pièce. Inutile d'appuyer sur le cutter trop fortement et d'attaquer la planche de découpe, ce n'est que de la paille et du papier à couper.

 Tenez le fil du cutter toujours propre et affûté, renouvellez-en la pointe souvent. En effet la silice protectrice de la paille est agressive et déforme les tranchants des outils.Et pour une meilleure gestion, n'attaquez jamais une planche par le centre. Il faut toujours partir des bords.

Vous repérant avec le dessin original numéroté, collez chaque pièce à son emplacement prévu. Il convient d'éviter toute trace de colle sur de tels fonds, les traces en sont vraiment disgracieuses. Il faut donc encoller la pièce de paille, côté intérieur mat, et la positionner ensuite. Pas assez de colle, ça ne tient pas, trop de colle ça déborde. Il faut ce qu'il faut! En cas de débordement ne cherchez surtout à l'essuyer avec un chiffon, vous ne réussiriez qu'à étendre les dégâts. Il faut utiliser immédiatement la lame du cutter comme un racloir par toutes petites touches, en la nettoyant à chaque touche, en repoussant la colle contre la paille. Elle peut arriver alors à former une petite surépaisseur qu'il sera facile de supprimer, colle sèche, au cutter.

Terminer la composition et nettoyer la paille, en cas de besoin (voir la rubrique Conseils généraux dans Techniques de mise en oeuvre), en prenant bien soin de ne pas tâcher le fond.

 

Le ruban adhésif double-faces :

Ce procédé ne peut être conseillé que pour de petits travaux tels que tableau miniature, carterie, décoration d'oeuf, petite boîte etc. Etant adhésif il permet d'éviter les débordements de colle, donc de préserver le fond en feutrine ou peint puisqu'il n'y a aucun apport de colle supplémentaire. La composition restera toujours impeccable.

Il existe plusieurs largeurs et épaisseurs de ruban, le choix dépendra donc de la nature du travail à réaliser.

Le principe de base est identique à la méthode en applique : Il faut constituer une planche par couleur et y débiter les différents éléments constitutifs du décor. Pour ce faire, dérouler la longueur de bande nécessaire, la punaiser aux quatre coins pour la maintenir bien tendue, côté adhésif apparent. Puis coller les brins de paille directement sur la partie adhésive. Attention, danger! Il faut positionner le brin à la bonne place du premier coup, l'adhérence étant assez forte, et il est difficile de récupérer le brin pour modifier son emplacement.  Pour cette raison ne pas travailler sur des longueurs trop importantes. Soigner particulièrement les joints.

Pour la coupe utiliser un cutter toujours propre, des particules de colle, préjudiciables à un travail net, s'agglomèrent sur la lame. La coupe est un peu moins aisée qu'avec une colle blanche et demande un soin particulier.

La pièce étant découpée, il ne reste plus qu'à la positionner à l'emplacement prévu et ôter la pellicule de protection du ruban. C'est fait!

Petit conseil : ne pas utiliser cette méthode sur des parties arrondies d'un rayon trop court. La paille ne peut être cintrée que dans le sens de la fibre, et elle a la fâcheuse tendance de tenter de retrouver sa forme initiale donc à se redresser. Elle y met tant de bonne volonté que la colle du ruban n'est pas suffisante pour la retenir. Certaines parties des oeufs en illustrations ont dû être consolidées avec de la colle blanche.

Enfin notons que pour des réalisations plus sophistiquées il est possible d'utiliser en guise de fond des tissus tels que le satin ou la soie. La mise en oeuvre est identique à tout ce qui vient d'être dit. Mais la composition gagnera en élégance et se révèlera infiniment plus prestigieuse.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×